• Tous en grève le 31 mars 2016 !

    Le 31 mars, montrons notre totale opposition à ce projet :

    En Corrèze

    ·            A Tulle à 10 h

    Rassemblement place Martial Brigouleix

    ·            A Brive à 14 h 30

    Rassemblement place Winston Churchill

     

    En Creuse

    ·            A Guéret à 10 h 30

    Rassemblement avenue Louis Laroche (siège du PS)

     

    En Haute-Vienne

    ·            A Limoges à 10 h 30

    Rassemblement carrefour Tourny

     

    Limousin

    Infos académiques 

    Syndicat National Unitaire de l’Enseignement Professionnel 

              Snuep Limousin - InfoMail 160325

    Mel :  snuep.limoges@orange.fr                                                   Site Internet : http://limoges.snuep.com/       

    Twitterhttps://twitter.com/snueplimousin/ 

     

     

    La refonte du code du travail ou l’organisation de l’insécurité sociale ! 

    Rappelons-nous, que le code du travail est une compilation de lois (émanant de l’ensemble des luttes sociales) destinées à protéger les travailleurs. 

    Rappelons aussi, qu’aucune étude n’a réussi à démontrer un lien quelconque entre le caractère protecteur de la législation et le niveau de chômage ! Ainsi le bourrage de crâne incessant, visant à laisser croire qu’une simplification du code du travail améliorerait considérablement la situation de l’emploi dans notre pays, est une pure escroquerie sur le dos des travailleurs (après celle du CICE et des 40 milliards gracieusement offert au patronat pour soit disant créer un million d’emplois).

    Si la FSU et le SNUEP-FSU s’engagent de toutes leurs  forces dans ce combat, alors que cela ne semble pas à priori concerner la très grande majorité des personnels de la fonction publique, c’est bien parce que cet enjeu de société ne manquera pas de nous toucher à très court terme.

    En tant que PLP, plusieurs mesures sont restées, concernant la formation professionnelle :

    La délivrance d’attestation de compétences en cas de rupture de contrat d’apprentissage ainsi que le découpage des diplômes professionnels en blocs de compétences va impacter la formation professionnelle initiale sous statut scolaire. C'est une approche par « crédits » de formation qui ouvrirait la voie à une sous-qualification de nombre de jeunes en formation continue dans la mesure ou leur qualification ne serait valable qu'à un instant T et à un poste ou une tâche déterminée ou une entreprise déterminée.

     

    Des établissements d'enseignement secondaire privés et hors contrat pourraient être bénéficiaires de la taxe d'apprentissage. Il s'agit d'un détournement de fond au détriment des établissements publics.

    Cela diminuerait encore la part « hors quota » dont les lycées et collèges publics peuvent bénéficier. Les établissements publics en ont déjà perdu en moyenne 30%.

     

    Nombre d'employeurs freinent la reconnaissance des qualifications obtenues par leurs salarié-e-s, ainsi que le développement de formations continues qualifiantes. En diminuant à un an l’expérience professionnelle permettant d’être éligible à la VAE, ce dispositif est détourné de sa finalité pour qualifier les jeunes à moindre coût.

     

    D’autre part, nous ne pouvons pas ne pas être solidaires de nos collègues du privé et accepter une telle dégradation de leurs conditions de travail.

    Et si cette solidarité ne suffisait pas, nous devons être conscients que nous serons impactés fortement par la suite si ce projet aboutit..

    Pas facile de défendre et maintenir une fonction publique de carrière quand, dans le privé, ils seront en permanence sur un siège éjectable !

    Pas facile de défendre une réduction du temps de travail voire maintenir statutairement nos horaires quand le contournement des trente-cinq heures dans le privé sera la règle.

    Des comparaisons mortifères entre  la sécurité de l’emploi dans le public et l’insécurité sociale dans  le privé ne tarderont pas à voir le jour.

    Ce combat qui, s’il se soldait par un recul de même ampleur dans le public, que celui qui se prépare dans le privé, serait un vrai basculement sociétal, certainement pas au bénéfice de la population.

    Voilà tout l’enjeu de ce 31 mars 2016. 

    Nous ne devons laisser aucun doute à ce gouvernement sur notre détermination à combattre le projet de loi El Khomri.

    Le 31 mars, montrons notre totale opposition à ce projet :

    En Corrèze

    ·            A Tulle à 10 h

    Rassemblement place Martial Brigouleix

    ·            A Brive à 14 h 30

    Rassemblement place Winston Churchill

     

    En Creuse

    ·            A Guéret à 10 h 30

    Rassemblement avenue Louis Laroche (siège du PS)

     

    En Haute-Vienne

    ·            A Limoges à 10 h 30

    Rassemblement carrefour Tourny

     

     

     

     

    « mail info de marsMobilisation pour cette journée de grève !!!!! »